JEAN-JAURÈS DISPONIBLE EN SOUSCRIPTION CHEZ PURPOSE ÉDITIONS

J’ai le plaisir de vous annoncer que mon livre Jean-Jaurès sera publié chez PURPOSE EDITIONS.

Le livre est en souscription jusqu’au 15 juin 2014 à un prix avantageux sur : http://www.purpose.fr/editions/index.html

« Pendant trois ans, Gilles Raynaldy a observé le quotidien des élèves, des professeurs et du personnel de la cité scolaire Jean-Jaurès à Montreuil. À la fois distantes et extrêmement près de leurs sujets, les photographies de Gilles Raynaldy captent les différentes facettes d’une réalité complexe : les gestes individuels, les mouvements des groupes, les attitudes, les postures et les signes de l’adolescence.

Comme un film, le livre traverse les saisons de l’année scolaire ; il ouvre les portes des classes, il montre les cours de recréations, les ateliers, les cuisines, le réfectoire… des lieux parfois grouillant de vie, parfois silencieux.

À ces photographies, en noir et blanc et en couleurs, se mêlent des vues de l’exposition d’affiches, organisée par le photographe dans de la cité scolaire. Cette exposition in situ a accompagné la vie des élèves pendant plusieurs mois, faisant corps avec les murs des bâtiments. »

Jean-Jaurès Photographies de Gilles Raynaldy
Environ 200 photographies, 300 pages
Format 200 × 260 mm
Entretien avec Michel Poivert (bilingue français, anglais)
Conception de Francesca Alberti et Gilles Raynaldy avec la collaboration de Paul Demare
Graphisme : PURPOSE
Prix du livre en librairie 35 € TTC
ISBN 978-2-9546059-0-6
Diffusion par R-DIFFUSION

Cet ouvrage bénéficie du soutien de :
SCPCI – Ministère de la Culture et de la Communication
Le Bal
Galerie Vincenz Sala
La mairie de montreuil

Deux maisons de retraite au Bourget – 25 avril – 7 juin 2013

Après ses séries photographiques sur la cité scolaire Jean-Jaurès à Montreuil et sur le nouveau site des Archives Nationales à Pierrefitte-sur-Seine, Gilles Raynaldy, photographe en résidence à la Capsule, présente du 25 avril au 7 juin un travail qu’il a commencé au contact des résidents de deux maisons de retraite au Bourget. Le photographe met en lumière ce monde de la vieillesse qu’on évite souvent, jusqu’au moment où la vie nous y confronte.

Cette exposition nous montre la première étape d’un travail qui se fait lentement. Elle n’a donc pas la même fonction ni le même statut qu’une exposition qui couronnerait un travail terminé. Ici, pas de tirages prestigieux, de cadres ni de matériaux nobles, mais des photocopies dont la qualité esthétique n’est d’ailleurs pas à négliger. Ces photocopies qui sont des tirages de travail sont punaisées aux murs ou étalées sur des tables. Tout au long de l’exposition de nouvelles images viendront s’ajouter et certaines disparaitront. C’est une occasion rare d’observer la genèse d’une œuvre, ses repérages, ses tâtonnements, ses impasses, et même ses ratés. Il s’agit donc d’une exposition en cours d’élaboration, d’une oeuvre « in progress », d’un travail qui n’a pas encore été achevé !

Des mots, des dessins, des enregistrements accompagneront-ils les photographies ? L’artiste, lui-même, ne le sait pas encore puisque les formes et les contenus qui seront présentés au public évolueront au fil du temps ; ils se construiront lors d’ateliers menés dans l’espace de la galerie avec des personnes âgées et un groupe d’enfants du centre aéré du Bourget. Nous conseillons aux spectateurs intéressés par cette expérience de revenir vers la fin de l’exposition pour profiter pleinement de ce travail collaboratif.

Le sujet de cette exposition est fort. Il y est question de la fin de la vie, de la souffrance et de la solitude, mais aussi de joie, de plaisir, de tendresse, d’amour et de jeux.

Centre culturel André Malraux
La Capsule
10 avenue Francis de Pressensé
93350 LE BOURGET

Tel : 01.48.38.50.14
http://www.lacapsule.org

Galerie ouverte du lundi au samedi de 9 h à 12 h 30 et de 14 h à 18 h.
Entrée libre

Finissage de l’exposition le jeudi 6 juin 2013 à 19h

Views of the exhibition at Galerie Vincenz Sala, november 10 – december 8, 2012

For those who could not get to the exhibition here are some views …

Exposition à la Galerie Vincenz Sala, 10 novembre – 8 décembre 2012

A., Italie, été 2011 – tirage argentique noir et blanc – 40 x 40 cm

Du 10 novembre au 8 décembre, la galerie Vincenz Sala (Paris/Berlin) présente une exposition de mes derniers travaux.

Des photographies prises dans la cité scolaire Jean-Jaurès à Montreuil, des vues d’intérieurs en Normandie, ainsi que quelques photos de famille se partagent l’espace de la galerie et dialoguent sur ses murs.

Habitué à exposer l’ensemble d’un travail, comme aux Archives Nationales en septembre 2012 ou dans l’exposition In situ en mars 2012, cette fois, à la galerie Vincenz Sala, je mélange les séries. L’accrochage est pensé comme un montage qui joue avec le format des tirages, leurs emplacements sur les murs et les distances qui les séparent. Les portraits, les paysages et les intérieurs se répondent, s’opposent, s’associent, et créent un espace que le spectateur peut investir de ses visions.

Les photographies nous montrent un monde qui nous est proche : des appartements, un coin de rue, une école, des travailleurs, des lycéens… Ces photographies de choses et de lieux ordinaires révèlent et représentent les tensions, l’anxiété, la mixité, l’individualisme de notre société.

Vernissage le samedi 10 novembre à 18h !

Galerie Vincenz Sala
52, Rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris

tel: +33 (0) 661 580 232  +33 (0) 982 473 715
Horaires d’ouverture : du jeudi au samedi, 14h – 19h

helmut.bauer@vsala.com
http://www.vsala.com

Les photographies à la cité scolaire Jean Jaurès à Montreuil ont été réalisées lors d’une résidence d’artiste (2008-2010)  proposée par LE BAL/ la Fabrique du Regard en partenariat avec le Ministère de la Culture et de la Communication dans le cadre du dispositif « Écritures de Lumière ».

Les photographies de Normandie ont été prises lors d’une commande du Pôle Image Haute-Normandie de 2009 à 2011

Archives Nationales, le 15 septembre 2012

Le chantier des Archives Nationales, 2005 – 2012

Depuis 2005 je photographie l’implantation du nouveau bâtiment des Archives Nationales aux franges des communes de Pierrefitte-sur-Seine, Saint-Denis et Stains. À l’occasion des journées portes ouvertes, il sera possible de visiter le bâtiment conçu par Fuksas et de découvrir en avant première l’exposition de mon travail : une installation de 72 photographies sur une longue table retraçant l’évolution chronologique du chantier.
Attention après cette journée portes ouvertes, l’exposition ne sera visible que sur rendez-vous !

Au plaisir de vous y rencontrer !

Accès : Métro ligne 13, gare terminus Saint-Denis – Université. 30 minutes depuis la station Parisienne de Châtelet – Les Halles.
Autoroute A1 depuis Paris, Vers l’université Saint-Denis

Installation en cours, le 7 septembre 2012, 72 tirages jet d'encre (29,7 x 40,7 cm) sur une table de 15 x 1m50

Installation en cours, le 7 septembre 2012, 72 tirages jet d'encre (29,7 x 40,7 cm) sur une table de 15 x 1m50

A propos
Lors de l’hiver 2005, l’Émoc (Établissement public de maîtrise d’ouvrage des travaux culturels) m’a confié une commande photographique sur « le site des Tartres » qui allait accueillir le bâtiment des nouvelles Archives Nationales. Ce site se trouve dans la banlieue nord de Paris, aux franges des communes de Pierrefitte-sur-Seine, Saint-Denis et Stains. Ce lieu était alors un secteur non urbanisé, composé de champs, de jardins ouvriers et de terrains à l’abandon. En 2008, j’ai été de nouveau contacté par la maîtrise d’ouvrage devenu Oppic (Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la Culture) pour photographier les fouilles archéologiques puis, en 2010 pour suivre le chantier de construction jusqu’à son terme.

Suivre un chantier consiste à y venir régulièrement pour en photographier les évolutions. Cette exploration m’a mis en quelque sorte dans la situation d’un spectateur qui, amené à quitter fréquemment la salle de cinéma, se retrouverait de fait, à chaque fois, devant un autre décor, face à de nouveaux personnages. Au fil du temps, les espaces changeaient, une architecture prenait corps et place dans le paysage. Chaque mois, j’avais un nouvel espace à explorer, un espace que je pouvais photographier sous de nouveaux points de vue. Je devais emprunter d’autres passages, rendre compte de nouvelles activités. Les lieux évoluaient rapidement, il fallait sans cesse les ré-explorer et faire le constat de leurs transformations. Mes photographies devenaient ainsi des repères permettant de reconstituer une histoire.

Suivre un chantier par la photographie, c’est l’occasion de réfléchir à la relation entre le temps et les espaces. Les saisons passent, le climat change, la lumière et les éclairages évoluent, leurs intensités, leurs couleurs se modifient. Des horizons se bouchent, d’autres apparaissent.

Lorsque l’on suit un chantier on est toujours à la traîne, en retard par rapport aux métamorphoses du site. Semaine après semaine, à un rythme soutenu, à peine perturbé par quelques intempéries, l’espace se remplit et se cloisonne. Les hommes creusent les fondations, puis l’architecture s’élève et se couche sur le terrain. En tant que photographe, j’observe et j’enregistre l’image des espaces et des choses qui ne seront jamais plus visibles. J’ai photographié le squelette du bâtiment dans une sorte de course à la montre avec les bâtisseurs qui montent les murs, percent, creusent, coupent, recouvrent, cachent, mesurent, coulent le béton, conduisent les engins, pilotent les machines…

L’exposition retrace cette aventure humaine dans un album de photographies déplié sur une longue table qui montre l’évolution chronologique du chantier. Les mois et les années des prises de vues sont indiqués tout au long des pages afin que le spectateur puisse se repérer facilement et pour qu’il parvienne à reconstruire, à partir de la photographie comme trace, le rythme des changements.

Gilles Raynaldy

Les photographies ont été prises à la chambre et au moyen format en argentique
Installation de 72 tirages jet d’encre (29,7 x 40,7 cm) sur une table de 15 x 1m50
Conception de la table : Gilles Raynaldy et Nathalie Surzur Heim architecte

LE MONDE 25 août 2012

Projection à HYPERMARKT – Arles, 3 juillet 2012

Je présente avec Francesca Alberti le projet photographique que j’ai mené pendant quatre ans sur la cité scolaire Jean Jaurès à Montreuil lors d’une conférence à HYPERMARKT à Arles, le 3 juillet à 17h00.

À cette occasion je montrerai des projections de la maquette du livre et des vues de l’exposition in situ qui s’est déroulée au mois de mars.

Musique : Seigiro Murayama


HYPERMARKT 12, rue Gambetta, 13200 Arles – 3 juillet 2012 à 17h00

Affiche 3mx2m dans la vitrine de Hypermarkt


Visite guidée de l’exposition « Jean Jaurès, une cité scolaire »

Bonjour

Pour tous ceux qui n’ont pas eu l’occasion de venir au vernissage de l’exposition « Jean Jaurès – une cité scolaire » samedi 24 mars, je propose deux visites guidées en compagnie de Francesca Alberti (historienne de l’art) et de moi même, ce vendredi 30 mars de 15h à 16h et de 16h à 17h.

L’exposition présente environ une cinquantaine de photographies sous forme d’affiches photographiques de différents formats, accrochées ou collées sur les murs intérieurs et extérieurs de cet établissement de plus de 2000 élèves.

Les photos exposées ne sont pas protégées, elles sont offertes aux regards et soumises aux actions des élèves ; il est possible que certaines soient taguées ou légèrement abimées. Il sera intéressant alors de s’interroger sur la place de ce projet qui s’expose sur les lieux même de sa réalisation.

Vous pouvez vous inscrire à ces visites in situ en envoyant un mail à gilles.raynaldy(at)gmail.com

À bientôt,

Gilles Raynaldy

——————

Jean Jaurès, une cité scolaire

24 mars – 20 avril 2012
Ouverture au public (sur présentation d’une pièce d’identité)
du lundi au vendredi de 10h à 18h

Cité scolaire Jean Jaurès, 1 Rue Dombasle 93100 Montreuil
Métro : Mairie de Montreuil

Collage au collège

Jean Jaurès, une cité scolaire

Exposition d’affiches photographiques
dans la cité scolaire Jean Jaurès à Montreuil

24 mars – 20 avril 2012
Ouverture au public (sur présentation d’une pièce d’identité)
du lundi au vendredi de 10h à 18h

Vernissage Samedi 24 Mars de 12 h à 18 h
Cité scolaire Jean Jaurès, 1 Rue Dombasle 93100 Montreuil
Métro : Mairie de Montreuil

Durant trois années, j’ai eu la possibilité d’accompagner la vie quotidienne de la cité scolaire Jean Jaurès à Montreuil, une ville de la banlieue est de Paris.

Cette exposition retrace une partie de cette immersion. Les photographies témoignent du travail des enseignants, du personnel administratif et technique, mais surtout de l’univers des élèves. Elles montrent les lieux, les salles de classes, les cours de récréation, les longs couloirs, les toilettes, les murs marqués de graffitis… avec, en arrière-plan, le déroulement des saisons qui détermine les lumières et les ambiances.

J’ai capté les signes de l’adolescence sur les visages des élèves, dans leurs attitudes, dans leurs postures, à travers les jeux de regards et les gestes amicaux ou amoureux. J’ai photographié aussi les vêtements, les gadgets posés sur les tables, les cartables laissés par terre. Cette exposition nous fait partager l’univers d’une jeunesse mixte, aux origines sociales diverses.

La forme de cette exposition est inhabituelle. Une quarantaine d’affiches, de grand et moyen format, sont collées sur les murs de l’établissement. Le choix et l’emplacement des images ont été établis avec la participation de quelques élèves de 6eme et de 1ere. L’exposition, in situ, est une invitation à explorer le collège et le lycée. Le visiteur pourra, à l’aide d’un plan, parcourir l’intérieur et l’extérieur de cet établissement. Il traversera les cours de récréation et les couloirs, entrera dans le réfectoire et dans la salle des profs ; au cours de ces déambulations, les photographies seront l’occasion de réfléchir et de rêver sur un lieu et sur les acteurs qui construisent et constituent une société en devenir.

Ce travail photographique a été réalisé lors d’une résidence d’artiste (2008-2010) à la cité scolaire Jean Jaurès à Montreuil proposée par LE BAL/ la Fabrique du Regard en partenariat avec le Ministère de la Culture et de la Communication dans le cadre du dispositif « Ecritures de Lumière ».

Dossier de presse sur :
www.gillesraynaldy.com/presse/dossier_presse_Gilles_Raynaldy_JeanJaures.pdf

Exhibition of photographic posters
in the campus Jean Jaurès in Montreuil

March 24 – April 20, 2012
Ouverture au public (sur présentation d’une pièce d’identité)
du lundi au vendredi de 10h à 18h

Opening Saturday, March 24  12 am to 6 pm

Cité scolaire Jean Jaurès, 1 Rue Dombasle 93100 Montreuil
Métro : Mairie de Montreuil

For three years, Gilles Raynaldy  had the opportunity to take part in daily campus life at Jean Jaures in Montreuil, a town  in the suburbs of Paris.  This exposition retraces part of his immersion .  The photographs bear witness to the work of the teachers, the administrative and technical personnel, but especially to the world of the students.  They show the places,  classrooms,  recreation areas,  long corridors,  toilets,  graffiti-marked walls… with, as  background, the changing seasons which play a part in the light and ambiance.  Gilles Raynaldy  captures with care the signs of adolescence  on the students’ faces, in their attitudes, their postures, through their looks and their friendly or romantic gestures.  He also photographs clothes,  gadgets left on desks and satchels dropped on the ground.  The exposition allows us to share in the world of multi-cultured youth whose origins are socially diverse.

The presentation of this exposition is unusual.  Forty posters of large and medium size, are pasted on the school walls.  The choice and placing of the images was made with the participation of some students in the 6eme and 1ere classes.  The exposition, in situ, is an invitation to explore and discover the school. Visitors will be able, with the aid of a plan, to move around the interior and exterior of the school. They will cross the playgrounds  and the corridors, enter into the refectory as well as the professors’ quarters; in the course of these meanderings, the photographs will give the visitor the opportunity to reflect and daydream about a place and  about the actors who are constructing and are part  of a society in the making.

Contacts prints / Chemins de l’école

« All around is Marseille » – sale of vintage prints until 10 january 2012

« All around is Marseille » is a photographic series created in 1997 while I was living in Marseille. The city surrounds, it is elusive and infinite. I trace a path, a personal drawing, as I record visual experiments through the photographic process.

Every print is limited to seven issues. The first two were printed in 1997 with a gelatin silver process, enlarged on matt double weight baryta paper.

www.gillesraynaldy.com/ventes_tirages_1997/index.htm

gilles.raynaldy@gmail.com

« Tout autour, Marseille » est une série photographique réalisée en 1997 lorsque j’habitais à Marseille. La ville est autour, insaisissable et infinie. Je trace une trajectoire, un dessin personnel, et j’enregistre par la photographie des expériences visuelles.

Chaque tirage est limité à 7 exemplaires. Les deux premiers ont été tirés en 1997 à l’agrandisseur sur un papier baryté mat argentique.

www.gillesraynaldy.com/ventes_tirages_1997/index.htm

gilles.raynaldy@gmail.com

Habiter la Haute-Normandie – Appel à participation

Ce travail se fait en collaboration avec le Pôle Image Haute-Normandie (http://www.poleimagehn.com)

Depuis 2009 je réalise un travail photographique intitulé Habiter la Haute-Normandie. En continuation avec la série dédiée aux intérieurs parisiens, ce nouveau projet fera l’objet d’une exposition au Pôle Image Haute-Normandie à Rouen.

Je recherche actuellement des personnes qui habitent en Haute-Normandie et qui souhaiteraient participer à ce projet en ouvrant les portes de leurs domiciles. Les légendes accompagnant les photographies ne dévoileront pas l’identité des personnes, ni la localisation des logements.

Pour photographier un domicile j’ai besoin d’environ 3-4 heures afin de pouvoir profiter des meilleures lumières (car les prises de vue se feront en lumière naturelle). Les photographies cherchent à témoigner une certaine vérité concernant les habitudes et la personnalité de l’habitant, par conséquent il est préférable de ne pas ranger, ni faire le ménage avant mon arrivé.

Une photographie signée sera offerte à chaque participant.

Si ma démarche vous intéresse, vous pouvez me joindre par mail à gilles.raynaldy@gmail.com ou par téléphone au 06 63 20 13 79.

N’hésitez pas à faire circuler cette annonce à vos amis et à vos proches. Je suis intéressé par toute sorte d’habitat – en ville ou à la campagne, de la tente au manoir !

En vous remerciant pour votre attention, je vous adresse mes salutations les meilleures,

Gilles Raynaldy

In progress…

4 candidates à l’oral du Bac, lycée Jean Jaurès à Montreuil, 2010, 2011
Gelatin silver process, 30×40 cm

5 Prints

These prints are made ​​with conventional enlarger.
The color images are printed on color paper kodak supra N
The black and white images are printed on paper baryte

Vitrine, Evreux, 2010 (30x40cm)

Vitrine, Evreux, 2010 (c print, 30x40cm)

Marché, Dieppe, 2010 (30x40cm) Artist print

Marché, Dieppe, 2010 (c print, 30x40cm)

Francesca, 2009 (24x30 cm), artist print

Francesca, 2009 (Baryte paper print, 24x30 cm)

Washington DC, USA, 2010 (20x20 cm) Artiste print

Washington DC, USA, 2010 (c print, 20x20 cm)

Elève, Lycée jean Jaurès, Montreuil, 2009 (20x20cm), Artiste print

Elève, Lycée jean Jaurès, Montreuil, 2009 (Baryte paper print, 20x20cm)

Fine art Prints – The National Archives site

Deux tirages (C-print) réalisés à l’agrandisseur (non numérique), de ma série sur le chantier des Archives Nationales.

Taille : 27cm x 33cm
Encadrés et non contrecollés
Numérotés 1/ 7

Infos : http://www.gillesraynaldy.com/archives-nationales

Two prints (C-print) made with an ​​enlarger (not digital) of my series on the National Archives construction site.

Size: 27cm x 33cm
framed and non-laminated
Numbered 1 / 7

Infos : http://www.gillesraynaldy.com/archives-nationales

Habiter / Normandie

© Gilles Raynaldy, Vers Evreux, octobre 2010

Depuis 2009, je travaille à une commande du Pôle Image Haute-Normandie qui consiste à explorer les questions de l’habitat et du logement en photographiant des intérieurs de particuliers.

www.poleimagehn.com

Jean Jaurès à Montreuil 2009–2010

A l’occasion d’une résidence à la cité scolaire Jean Jaurès à Montreuil, organisée par les amis de magnum / le bal, j’ai réalisé ce travail
 documentaire sur un peu plus de deux ans. Je m’intéresse aux élèves, aux personnels et aux lieux qui composent et rythment 
l’établissement.

Dates des prises de vue : 2009 – 2010 – 2011
Partenaires : Ministère de l’éducation Nationale, Ministère de la Culture et de la communication, Drac île de France

Travail en cours de finalisation : Exposition et publication en vue.

http://www.le-bal.fr

Extraits… (plus d’images sur demande)

Habiter Paris

Habiter Paris est une série en cours faisant partie d’un vaste ensemble qui se propose d’explorer l’habitat dans différentes villes et régions du monde.

Sont en cours de prises de vue ou d’éditions  :

Habiter la Normandie : http://www.gillesraynaldy.com/habiter-en-normandie

Habiter la reconstruction (le Havre 2010) : http://www.gilles-raynaldy-habiter-le-havre

Je choisis les intérieurs que je photographie parmi ceux que je connais déjà ou bien en demandant à des gens de me donner des contacts. Mais je ne recherche pas des types d’habitations particulières. Tous les logements sont intéressants et rentre naturellement dans cette série. J’essaye de répondre à une question : qui habite là ? Que fait t’il ? Je pense que son lieu de vie m’apprend beaucoup de chose sur lui, tout en laissant en suspend quantité de questions, qui font de lui une énigme.
J’essaie de capter par la photographie un maximum de choses et de signes qui reflètent les habitudes, les caractères ou les situations sociales des habitants. Je m’intéresse en particulier aux traces laissées par les gens, à leur façon d’aménager leurs lieux de vie, aux objets, aux couleurs, aux tableaux et aux photos qu’ils choisissent d’offrir au regard de l’autre. L’organisation d’un dessus de cheminée ou d’une télé, d’une bibliothèque ou d’une table de nuit, d’un petit jardin sur le rebord d’une fenêtre ou d’un plan de cuisine, permettent d’entrevoir une personnalité, une identité.

La première partie de ce travail à été montrée durant le mois de la photo à paris en 2008
http://www.gillesraynaldy.com/domiciles

Habiter paris : extraits



Tirages – Prints – Habitat social en Meuse

Disponibles à la vente, 15 tirages argentiques, réalisés à l’agrandisseur de la série Habitat Social en Meuse, 2006
Taille : 40×50 cm
Contrecollés sur aluminium et encadrés
Numéroté 1/5 + 1 tirage d’artiste

Prix sur demande

Available for sale, 15 hand prints from the series Habitat Social en Meuse, 2006
Size : 40×50 cm
Laminated and framed

Prices on request

Voir aussi
Also :
http://www.gillesraynaldy.com/les-photaumnales-2009
http://www.gillesraynaldy.com/gilles-raynaldy-habitat-social-en-meuse

Un article sur le site de mrs Dean : http://www.beikey.net/mrs-deane/?p=547

Les archives nationales 2005-2012

ACTE I
Le site des futures Archives Nationales et ses alentours, 2005
Pierrefitte-sur-Seine – Stains – Saint-Denis

Commande photographique de l’EMOC
(Établissement Public de Maîtrise d’Ouvrage des Travaux Culturels)

Dates des prises de vue : février, mars 2005
Chambre grand format
Tirages couleur argentique à l’agrandisseur
Divers formats : du 30×40 cm au 60×80 cm
Ce travail à été exposé aux Archives Nationales à Paris en Août 2005

« Le site des Tartres, aux franges des communes de Pierrefitte-sur-Seine, Saint-Denis, Stains est non urbanisé. Il constitue une opportunité de développement majeure à l’échelle communale, départementale et régionale. De longue date le secteur des tartres est considéré comme un site stratégique de développement à long terme par l’Etat, la Région, le département et les collectivités territoriales. » Texte extrait du dossier de présentation aux membres du jury du concours d’architecture

Voici quelques extraits… (plus d’images sur demande)

ACTE II
Suivi du chantier du Centre des Archives Nationales, 2009-2012

Commande photographique de l’OPPIC (Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la culture, ex EMOC )
Chambre grand format et moyen format
Tirages couleur argentique à l’agrandisseur
Divers formats : du 30×40 cm au 60×80 cm

En mai 2008 trois années sont passées. Je reviens sur le site. Les jardins ouvriers ont été effacés. Les archéologues fouillent et trouvent un village gaulois. Rien que de l’ordinaire.
En septembre 2009, le chantier commence. On pose la première pierre.

Voici quelques extraits… (plus d’images sur demande)

Le quartier de la Madeleine à Évreux

Cinquante photographies d’intérieurs prises à la Madeleine, un quartier populaire d’Évreux lors d’une résidence à l’association l’appart en 2010.

Hall d’accueil de l’Hôtel du Grand Évreux Agglomération
9 rue Voltaire 27004 Evreux
Du 29 novembre au 16 décembre 2010…

Depuis plusieurs années, je mène un travail sur l’habitat dans différentes villes

L’habitat est la partie intime et cachée de la ville qui s’étend sur une immense superficie où règne l’hétéroclite. Ici, chaque habitation a son aménageur : la famille. Mais existe t’il des règles qui gouverneraient l’ensemble ? En réunissant des photographies d’intérieurs, je pense pouvoir rendre compte de cette diversité, mais aussi peut être de certaines constantes en rapport avec l’époque, les ages, les cultures, les classes sociales, la localité.

Atelier d’expression artistique à Evreux

Dans le cadre du projet Mosaïque initié par l’association l’appart, aux Réseaux Réciproques, dans le quartier de la Madeleine à Évreux.

Juillet 2010, durant une semaine nous avons créé des petits livres autour du thème de la mémoire, dans lesquels les adolescents se racontent et racontent l’histoire de la famille. Pour cela ils utilisent des photos issues des archives familiales, des images qu’ils prennent eux-mêmes et de l’écrit.

Habiter la reconstruction (Le Havre, 2010)

À l’occasion de la Nuit des musées, le photographe Gilles Raynaldy investit l’Appartement témoin Perret. Ouvert toute l’année aux visiteurs, cet appartement de 100 m2 est une reconstitution d’un logement des années 1950, s’inspirant des aménagements prévus par l’architecte Auguste Perret et du mobilier en série par les décorateurs René Gabriel et Marcel Gascoin.

La série photographique, réalisée par Gilles Raynaldy entre février et mai 2010 dans des appartements habités, s’apparente à une approche documentaire : Comment vit-on dans le centre reconstruit ? Quels sont les modes d’appropriation perceptibles par l’artiste ? Quelles sont les différences avec un habitat historique ou contemporain ? Quelles relations particulières se nouent entre ces aménagements intérieurs et la ville ?

Tel un invité, Gilles Raynaldy entre chez l’habitant : en dialoguant et en parcourant l’ensemble des pièces, il tente de saisir « l’esprit des lieux » à travers la disposition et la théâtralisation des objets, le choix du mobilier, la composition des pièces, l’éclairage naturel et la circulation quotidienne des habitants, absents des images.

Vous pouvez en profiter pour visiter l’appartement témoin de Perret !

Visites individuelles guidées: Mercredi, Samedi, Dimanche après-midi de 14h à 17h sans réservation.
Départ de la visite toutes les heures; limité à 15 personnes
RDV : 1 place de l’Hôtel de Ville

L’exposition est ouverte jusqu’au 29 août 2010

Tarifs :
•    Visite guidée adulte individuel : 3 €
•    Gratuit chaque 1er samedi du mois

186 bd Clemenceau
76600 LE HAVRE
Tél : 02 32 74 04 04
Fax : 02 35 42 38 39
E-mail : contact@lehavretourisme.com

Voici quelques extraits… (plus d’images sur demande)

Fine art prints in progress…

Deux tirages (C-print) réalisés à l’agrandisseur (non numérique), de ma série sur le chantier des Archives Nationales.

Taille : 27cm x 33cm
Numérotés 1/ 7

Infos : http://www.gillesraynaldy.com/archives-nationales

Two prints (C-print) made with an ​​enlarger (not digital) of my series on the National Archives construction site.

Size: 27cm x 33cm
Numbered 1 / 7

Infos : http://www.gillesraynaldy.com/archives-nationales

93

Une série réalisée à l’occasion d’une commande du studio Pakenko pour le compte du conseil Économique et Social de Seine-Saint-Denis.
Les images retracent de longues promenades à travers le département. Ce travail constitue un repérage d’une centaine de photographies environ. Le 93 est si vaste et si complexe qu’il me faudra des années pour l’explorer.

extraits…

Les Photaumnales 2009

Habitat social en Meuse

Galerie nationale
de la tapisserie
22 rue Saint Pierre
Beauvais
Tél. : 03 44 15 39 10

tous les jours sauf le lundi
de 9h30 à 12h30
et de 14h à 17h30
jusqu’au 30 septembre,

de 10h30 à 17h30
à partir du 1er octobre

vernissage : samedi 12 septembre à 15h30

En 2006, Gilles Raynaldy s’est intéressé à l’habitat social de la Meuse pour le compte de la DDE. Objectif : « montrer les usages des quartiers, les frontières et les liaisons. Ce travail offre une vision renouvelée des quartiers HLM en ce début de 21e siècle. Il contribue à rendre visible cet environnement immédiat, nous invite à la déambulation, et surtout questionne le regard du lecteur. Les images, révélatrices de la complexité urbaine et invisible de la vie, nous montrent ces territoires comme des zones sensibles, c’est à dire porteuses de sens ».

(Extrait du texte du Maxime Duplain, chef de la cellule politique de l’habitat et de la ville, DDE Meuse)

Voir reproduction de tirages : http://www.gillesraynaldy.com/tirages-habitat-social-en-meuse

Un article sur le site de mrs Dean :  http://www.beikey.net/mrs-deane/?p=547

et sur celui de Hyppolytebayard :  http://www.hippolytebayard.com/search?q=raynaldy&x=4&y=6

Diaphane
Tél. : 03 44 80 52 97
www.diaphane.org
info@diaphane.org

Domiciles – Mois de la photo Paris

Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette
Exposition de la série Domiciles (partie 1)
Paris, du 4 Novembre au 28 novembre 2008 / 4 – 28, 2008

Dans le projet Domiciles, présenté dans le cadre du Mois de la Photo à Paris, Gilles Raynaldy utilise son approche documentaire pour répondre à une question nouvelle : que trouve-t-on derrière ces portes, ces fenêtres, ces grilles que nous longeons chaque jour ? À quoi ressemblent les intérieurs de toutes ces habitations ?

Exposition réalisée avec le soutien du laboratoire AJL et de la Mairie de Paris.

Vernissage le 14 novembre 2008 à 18 h.
École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette
144, avenue de Flandre 75019 Paris
Tél. : 01 44 65 23 00 / Fax : 01 44 65 23 01

paris-lavillette.archi.fr

Une article à propos de l’exposition : http://re-photo.co.uk/?p=496


Catalogue du mois de la photo à Paris 2008

Habitat social en Meuse

Exposition de la série Habitat social en Meuse
Espace Albert-Camus,
Bron (France) Du 16 septembre au 10 octobre 2008


Dans le cadre de « Lyon, septembre de la photographie », Gilles Raynaldy exposera son travail sur l’habitat social en Meuse.

Vernissage le 16 septembre à 19h00 à l’Espace Albert-Camus. 1 rue Maryse Bastié 69500 BRON. Renseignements au 04 72 14 63 40

Exposition réalisée avec le soutien de Self Color

Voir reproduction de tirages : http://www.gillesraynaldy.com/tirages-habitat-social-en-meuse

Un article sur le site de mrs Dean :  http://www.beikey.net/mrs-deane/?p=547

et sur celui de Hyppolytebayard http://www.hippolytebayard.com/search?q=raynaldy&x=4&y=6

ville-bron.fr / gillesraynaldy.com

Photographies pour l’agence d’architecture PERIPHERIQUES

Médiathèque et école maternelle François Mitterrand
Clamart

Réalisation : PERIPHERIQUES Architectes – www.peripheriques-architectes.com

Photographies : Gilles Raynaldy 2008

Le paysage n’est pas ce que l’on croit…

Exposition Collective à Privas en Ardèche

Le CAUE (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement) de l’Ardèche propose de s’interroger sur le paysage contemporain et notre manière de percevoir les paysages relégués qui n’appartiennent pas au panthéon patrimonial national. Il réunit ainsi sur ce thème et dans une même exposition les œuvres des photographes Pierre CANAGUIER, André FORESTIER, Jürgen NEFZGER et Gilles RAYNALDY ainsi que celles du plasticien Dominique GRAIN.

Du 21 janvier au 29 février 2008
du lundi au samedi de 14h à 18h, ainsi que les soirs de spectacles
dans la Galerie d’exposition du Théâtre de Privas (Ardèche).

VERNISSAGE
dimanche 20 janvier 2008 – 11h00.

voir aussi sur : http://www.gillesraynaldy.com/archives-nationales

http://www.archi.fr/CAUE07/60ACTU/actu.html

Paris – Morocco

Paris et Morocco : sont deux livres dédiés aux intérieurs parisiens et marocains réalisés avec Junquo Nimura, journaliste japonaise. Ils viennent de paraître au Japon aux éditions E- Knowledge.

Voici quelques extraits…

Paris and Morocco : are two books on Parisian and Moroccan interiors realised with Junquo Nimura, a Japanese journalist. They have just been published in Japan by E – Knowledge editions.

View selection of pages…

Paris

Morocco


Photographies pour l’agence d’architecture rppb Prix de la première oeuvre 2006

La maison des Aubrais

Fleury-les-Aubrais – Loiret
Réalisation : rppb – www.rppb.fr
Photographies : Gilles Raynaldy 2008

La construction existante se présentait sous la forme d’un banal pavillon des années 60, dans lequel ses nouveaux propriétaires, qui en avaient hérité, n’imaginaient pas vivre.
Nous avons transformé ce pavillon sans modifier son identité iconique. Notre intervention ne s’est pas attachée à produire une nouvelle image extérieure, mais s’est concentrée sur la refonte des espaces intérieurs afin de répondre à des envies spécifiques et des besoins actuels : confort, fluidité des espaces, lumière et verticalité.
Ces nouveaux aménagements transparaissent sur les différentes façades sous la forme de larges baies protégées par des volets coulissants en aluminium naturel perforé, produisant l’effet d’un voilage.
La clôture est repensée selon le même principe. Les plantations de bambous qui l’accompagnent, garantissent l’intimité du jardin et répondent à la végétation grimpante qui recouvre, en grande partie, la maison.
Destiné à être une résidence secondaire, ce pavillon est tout de suite devenu la résidence principale de cette famille qui a témoigné, à maintes reprises, de son plaisir d’y vivre.
En 2006, nous avons reçu le Prix de la Première Œuvre [Prix d'architecture du Moniteur] pour cette réalisation et avons été déclarés lauréats, dans la catégorie Maisons Individuelles, de l’Aluminium in Renovation European Award en 2007.

rppb

Urbanisme n°354 / Mai 2007

Variations sur un thème
Par Thierry Paquot

La photographie donne à voir. Un visage, une nature morte, un paysage, un objet, une flaque d’eau, un coucher de soleil, bref, elle montre ce qu’elle cadre et du coup informe celui qui la regarde. On parlera alors de « photographies de guerre », de « photographies sportives » ou encore de « photographies de nu ».
Gilles Raynaldy signe-t-il des « photographies de banlieue » ? À première vue, la réponse est « oui ». En effet, on y repère les habituels ingrédients attribués à « la banlieue » : des petites maisons tassées, fissurées, malmenées, des ruelles timides aux murs lépreux, des arbustes hésitants, des grands ensembles tristes, des carrefours vides et des panneaux indicateurs standards. Sans lire la légende, on devine qu’il s’agit de la banlieue parisienne populaire, pour ne pas dire « précaire » ou « pauvre » ou encore « sensible ». Stains et Pierrefitte-sur-Seine appartiennent au Neuf-Trois, c’est dire ! Ces photographies ne sont pas des clichés, elles témoignent de la variété de la banlieue, non pas à l’échelle de la région parisienne (avec des communes chics et d’autres plus démunies) mais au sein d’une même municipalité, d’un même territoire. La cité-jardin et l’immeuble-jardin imposant, majestueux, sont voisins des cabanons et de leurs extensions de guingois, et aussi de grands ensembles réhabilités sans grâce, sans attention, sans respect.
Du reste, je me glisserais bien sur ces photographies de bouts de banlieue qui viennent échouer sur la terre retournée, labourée, ou dans d’autres endroits, vacants, au repos.
J’apprécie ces maisons modestes et ces impasses chaleureuses, car je sens l’investissement des habitants, alors que le bureau de poste est effrayant, le rond-point inhospitalier, la réhabilitation désastreuse. Ce neuf a été fait parce qu’il le fallait, à la va-vite, sans considération pour les gens qui y résident. Eux préfèrent certainement le retapé, le rafistolé, le bricolé, l’inachevé. Ils y trouvent leurs marques, le chaque-chose-en-son-temps, le déjà-ça-après-on-verra qui rythment leur existence. Aux élus, aux bâtisseurs, aux architectes de les inviter à rêver plus grand, plus confortable, plus agréable, sans jamais leur imposer ce qu’ils ne pourraient admettre et rendre familier. Ce qu’ils recherchent avant tout est une mesure qu’ils puissent saisir, une mesure à leur taille, à leur revenu, à leur désir. Loin de moi tout populisme ou tout éloge de l’austérité ! Juste le souhait de faciliter la rencontre des attentes et des possibles. Toute banlieue « ordinaire » possède son « extraordinaire », et seule une fréquentation amicale avec un lieu et ses habitants vous le révélera. Ou alors Gilles Raynaldy. Il y a toujours plusieurs réalités dans la réalité, plusieurs aspects de la banlieue dans une banlieue, plusieurs photographies dans une photographie.

Un voyage au Maroc

En septembre 2005, je voyage pendant un mois à travers le Maroc, avec un ami américain et un ami Marocain.
On prend des taxis, des bus, on dors dans des petits hôtels, on décide de partir à n’importe quelle heure, qu’elle liberté !
J’ai en tête le voyage de Delacroix et me dit qu’il faudrait que j’y retourne souvent pour y faire une belle série sur l’urbanisme, l’habitat, les modes et les contrastes vestimentaires, les visages et les mains.

A suivre…